Déperdition thermique : limiter les pertes de chaleur d'un bien

deperdition thermique perte de chaleur maison

La déperdition thermique désigne les parties de la chaleur qui ont tendance à monter dans votre maison. Il y a toutefois un problème. Elles influent sur votre consommation énergétique, votre facture de chauffage et votre confort. Alors, d'où viennent-ils ? Quels sont les remèdes ? Vous trouverez toutes les réponses dans cet article.

Comment réduire les déperditions tehrmiques d'une maison mal isolée ?

Définition de la déperdition thermique

deperdition thermique perte de chaleur maison
Qu'est-ce que la déperdition thermique ?

Une "déperdition thermique désigne la chaleur perdue, aussi dit des pertes thermiques, par un bâtiment en raison d'une isolation ou d'un renouvellement d'air insuffisant."

Une zone où une surface est rompue est appelée "point de rupture thermique". Ces enclaves favorisent le renouvellement de l air entre l'air intérieur et extérieur du logement.

En effet, selon les règles physiques du transfert thermique, le flux de calories va se déplacer dans la direction des atomes du plus froid. Lorsque les calories trouveront un chemin pour s'échapper, elles seront naturellement libérées afin de réchauffer l'air extérieur. Alors qu'en été, l'air chaud du temps extérieur servira à réchauffer l'air frais intérieur. En hiver, cela provoque une sensation de froid et en été, une sensation de chaleur intense dans votre appartement.

Quelles sont les sources de déperditions thermiques de votre maison ?

deperdition thermique perte de chaleur maison
Quels sont les pourcentages de vos déperditions thermiques ?

L'Ademe indique que les pertes de chaleur se répartissent de la manière suivante dans une maison isolée :

👀 De 25 à 30% par toiture.

👀 La quantité d'air renouvelé et le nombre de fumées doivent être de 20 à 25%.

👀 Dans les murs, elle est de 20 à 25%.

👀 Pour les ouvertures (fenêtres, base d'affranchissement...), il faut compter 10 à 15%.

👀 7 à 10% pour les bas repères.

Il est important de noter qu'il s'agit de moyennes. Chaque appartement est confronté à une réalité différente.

Quelles sont les conséquences de la déperdition thermique ?

Une conséquence négative d'une mauvaise isolation thermique est le gaspillage d'énergie. Il se traduit par une augmentation de la consommation de chauffage. Cette surconsommation a les conséquences suivantes :

  • Une augmentation du coût de l'énergie.
  • Une augmentation des émissions de carbone des ménages. Plus on consomme d'eau chaude, plus on émet de CO2.

D'autres associent la déperdition thermique à l'inconfort thermique. Car elle passe par des sensations de froid pendant l'hiver et des sensations de chaleur pendant les épisodes de froid.

Est-ce qu'il y a un moyen d'identifier les pertes de chaleur ?

deperdition thermique perte de chaleur maison
Identifiez vos pertes de chaleur

Un premier indicateur de déperdition thermique, le ressenti

Une maison mal isolée réagit donc mal aux changements de température extérieure. Et est donc moins confortable thermiquement.

On parle aussi d'effet de gradient thermique. L'effet paroi froide est une différence de température entre les murs et le centre de la pièce pouvant aller jusqu'à 3 degrés. Il est causé par une mauvaise isolation des murs.

Prenez rendez-vous avec un professionnel

Si vous rénovez pour identifier les problèmes de termites, il peut être bénéfique d'effectuer un audit énergétique de votre maison. Faire appel à un diagnostiqueur qui va réaliser une étude complète pour savoir où votre maison présente des lacunes thermiques de votre logement. 

Pour cela, vous pouvez utiliser divers appareils :

✅ Des caméras thermiques, qui détectent la lumière infrarouge.

✅  Une caméra endoscopique qui permet de déterminer la qualité de votre isolation à l'aide d'une petite sonde.

✅  Un thermomètre de surface qui permet de calculer la température d'une paroi.

A l'issue de son analyse, il vous indiquera les travaux de rénovation énergétique prioritaires à entreprendre pour limiter les pertes de chaleur dans votre logement.

Comment limiter les déperditions thermiques ?

Il est possible de lutter contre les ponts thermiques à travers plusieurs travaux.

Quels sont les travaux possibles ?

L'isolation du toit

Vous pouvez améliorer l'isolation toiture en choisissant l'une des nombreuses solutions, en fonction de la configuration et de la conception de votre maison.

  • L'isolation des plafonds permet de conserver la chaleur de votre espace de vie.
  • L'isolation des toilettes est idéale lorsque vous avez un plafond fixe ou mobile.
  • L'isolation par l'extérieur est également possible pour une terrasse-toiture.

Isolation des murs

Afin d'isoler les murs, vous avez deux possibilités :

✅ La méthode la plus efficace pour limiter les ponts thermiques. Et éviter les fuites d air est d'isoler les murs de l'extérieur. C'est la méthode la plus efficace, car elle est capable de limiter efficacement les déperdition thermique.

✅ Bien qu'elle soit moins coûteuse, l'isolation des murs par l'intérieur est probablement la solution la plus courante. Cependant, elle présente un sérieux inconvénient : la réduction de votre surface habitable par l'utilisation d'un isolant par l'intérieur.

Isolation des fenêtres

Outre l'isolation thermique de vos couvertures (fenêtres, portails, vitrées...), la menuiserie doit également être remplacée si elle est agitée pour réduire les déperdition thermique. Si l'installateur vous conseille de remplacer vos fenêtres (doubles, triples...), il est fortement conseillé de remplacer également votre menuiserie. Cependant, un remplacement complet de vos fenêtres (y compris la maçonnerie) est plus efficace sur le plan énergétique.

L'isolation du soleil

Différentes méthodes peuvent être utilisées pour isoler une menuiserie inférieure. Le système d'isolation peut être installé en dessous, au-dessus ou entre les éléments de la structure de votre planchéiage. En rénovation, le système d'isolation est généralement installé sous la surface. Par conséquent, il n'a aucun effet sur la hauteur sous plafond.

Ventilation

Vous remarquerez une augmentation de votre facture énergétique en hiver lorsque vous ouvrez vos fenêtres pour aérer et ventiler votre propriété. Pour réduire ces pertes de chaleur dues au renouvellement de l'air, il est conseillé de réaliser des travaux de ventilation. Par exemple, la VMC (ventilation mécanique contrôlée) est hygroréglable et facilite l'extraction de l'air humide. Il faut également un renouvellement de l'air important pour éviter un inconfort thermique.

Dans le cas où les travaux d'isolation sont terminés, vous pouvez verser la VMC double flux. Cette dernière a l'avantage d'être équipée d'un échangeur thermique, ce qui signifie que l'air neuf à l'intérieur de votre habitation bénéficiera de la chaleur dégagée par l'air qui s'évapore, réduisant ainsi vos besoins en chauffage.

💡 Bon à savoir

Il est bon de le savoir : Bouchez toutes les petites ouvertures ! L'installation de boudins ou de traverses de porte à la base des portes peut limiter les pertes de chaleur. Cette étape simple ne nécessite pas de travaux et n'est pas coûteuse !

Quelles sont les aides qui limitent les pertes de chaleur d’une maison ?

L'utilisation de mesures d'économie d'énergie peut améliorer le confort thermique. Par exemple, vous pouvez :

  • Dans le cadre du programme des Certificats d'Économies d'Énergie (CEE), Prime Energy.
  • Monexpert aide à prendre en charge les travaux relatifs à un logement de plus de deux ans, qu'il serve de résidence principale ou secondaire.
  • MaPrimeRénov', un programme destiné aux logements de plus de 15 ans.
  • Une carte de crédit à taux zéro d'une valeur maximale de 50 000 euros, remboursée en 20 ans.
  • L'énergie a été réservée pour un montant compris entre 48 et 277 euros.
  • Aide aux collectivités locales. Certaines régions financent leurs travaux administratifs.
  • Il existe une TVA de 5,5% sur les équipements et les fournitures.

Les aides TVA devront être obtenues auprès d'un EAR professionnel avant de pouvoir être demandées.

Il existe plusieurs méthodes de calcul, dont certaines sont plus ou moins rapides. Il existe deux méthodes de référence (NF EN ISO 52016-1 et NF EN 12831). Néanmoins, elles peuvent être longues et exigeantes. Il est possible de réaliser une telle analyse à l'aide d'un logiciel adapté ou d'un bureau d'études thermiques.

Il est également possible d'utiliser d'autres méthodes plus rapides ou plus simples. Utilisez-les avec prudence car toute approximation peut avoir des conséquences néfastes. Les guides PACTE recommandent de déterminer la puissance des poêles à bois de chauffage par la méthode des abaques, relativement précise.

La perte globale à terme d'un bâtiment peut être calculée rapidement en fonction de son âge ou de l'ancienneté de son isolation.

Avec le calcul vous pouvez toujours:

  • La puissance thermique totale d'un bâtiment (comme la puissance d'une chaudière ou d'une PAC, par exemple).
  • Si vous calculez pièce par pièce la puissance de la chaleur émise par des radiateurs ou un radiateur électrique (la puissance d'une source de chaleur, par exemple).
  • Si vous effectuez un calcul spécifique, définissez la répartition des constructions de l'immeuble par différents équipements (murs/toilettes/planches/ménuiseries, etc.).
  • Déterminez les conditions de calcul des besoins et des consommations de chauffage du bâtiment.

Comment calculer des dimensions d’un bâtiment ?

Méthode détaillée pour calculer les dimension d'un bâtiment

En utilisant cette méthode, on pourrait déterminer le type de parois d'une maison, si un isolement existe, indépendamment de leur âge ou de leur épaisseur.

Cette méthode nécessite une connaissance précise du degré d'isolation du bâtiment, ainsi que des surfaces des différents murs :

  1. Murs extérieurs
  2. Mobilier (y compris les plafonds non chauffants)
  3. Plancher
  4. Plancher du sous-sol ou de la salle de bain
  5. Les menuiseries

En outre, il est essentiel de connaître la performance thermique des menuiseries pour déterminer si elles ont des vitrages simples ou des vitrages doubles (anciens ou contemporains).

En outre, il faut tenir compte du type de ventilation (ventilation naturelle, ventilation classique, VMC hygro A, hygro B) pour compléter le calcul. En effet, le type de ventilation peut influencer le nombre d'écarts dus au renouvellement de l'air dans le bâtiment.

Les idées reçues sur l'énergie d'un bien immobilier sur la déperdition thermique

Les deux sujets qui reviennent assez régulièrement chez nos clients et qui sont au cœur de beaucoup d'interrogations souvent. C'est des idées sur lesquelles on se méprend. La première concerne la rénovation des fenêtres, la seconde concerne les murs épais.

Les menuiseries

Alors ce qu'il faut savoir c'est que quand vous changez vos fenêtres, c'est très bien. Mais ça ne va pas en faire un logement qui va être énergétiquement performant et limiter les pertes de chaleur. En fait, les fenêtres vont représenter qu'une minorité des superficies déperditives du bien par rapport à la superficie des murs, des planchers, des plafonds, ça reste quand même très faible. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas voir évoluer sa note de manière considérable quand vous pilotez des travaux de rénovation au niveau des menuiseries.

Les murs épais

La seconde chose, c'est les murs épais. Il faut savoir que les murs épais n’ont pas comme caractéristiques d'être isolant. Il ne faut pas confondre le déphasage lié à l'inertie d'un mur qui est épais et son caractère isolant. Un mur épais en pierre n’est en aucun cas isolant. Il va avoir une inertie qui va être importante, mais ne va pas être isolant. Il va donc nécessiter une grande quantité d'énergie à chauffer ou à refroidir.

Il est vrai que nous sommes habitués aujourd'hui à avoir des étiquettes énergétiques un petit peu partout. Notamment dans les magasins d’informatique, d'électroménager et même au niveau de la nourriture.

Très souvent les notes qu'on va rencontrer c'est du A voire même du A+++. Il faut bien comprendre que pour l'immobilier c'est complètement différent ! La moyenne nationale du DPE est E. Un bien des années 1980 sans rénovation énergétique notée en D voire même en E disposent d'une autre plutôt cohérente. Elle ne devrait donc pas être dévalorisée aux yeux du lecteur ou du potentiel acquéreur. L'essentiel est d'éviter d'être en DPE F ou en G dû aux nouvelles réglementations concernant l'audit énergétique et certains biens qui ne seront plus louables.

Dimo reste à votre entière disposition pour vous proposer des recommandations personnalisées en vue d'optimiser votre note et limiter les ponts thermiques.

Qu’est-ce que les ponts thermiques ?

En présence d'une discontinuité entre les matériaux et les éléments structurels, des ponts thermiques se forment. C'est aux jonctions des façades et des planchers, des façades et des refends, des façades avec mobilier, et des façades avec planchers bas que se forment les ponts thermiques. En plus de tous les percements (portes, fenêtres, loggias...), ce sont des ponts thermiques structuraux. Les ponts thermiques ont une importance dans une maison selon la constitution des parois qui sont isolés ou non.

Dans une maison non isolée, les ponts thermiques représentent de faibles pertes de chaleur (en général moins de 20%). Et les déperditions totales des parois sont trop fortes (> 1 W/m2). Lorsque les parois sont fortement isolées, le pourcentage de pertes de chaleur résultant des ponts thermiques augmente (plus de 30%). De plus, grâce à l'isolation des parois en fonctionnement, les pertes de chaleur globales des parois sont considérablement réduites (inférieures à 0,3 W/m2). Ce qui rend indispensable la conception de bâtiments à faible consommation d'énergie et la garantie que les pertes de chaleur par les joints seront minimes.

Merci d’avoir lu notre article 😁

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de dimo 💌