Amiante maison : comment réagir ? Peut-on la vendre ?

amiante maison : les bons gestes à retenir

Amiante maison : le milieu du bâtiment et de la construction en général fait appel à des matériaux précis, qui parfois se révèlent nocifs. C’est le cas de l’amiante, interdite dans le cadre de constructions depuis 1997. Bien qu’elle soit connue pour sa toxicité, l’amiante était auparavant utilisée partout. Sa présence soulève donc de nombreuses questions, au niveau de la santé comme au niveau de la loi. Etes-vous au point sur l’amiante ? Nous vous proposons de le vérifier dans cet article.

OBTENEZ LE MEILLEUR PRIX POUR VOS DIAGNOSTICS IMMOBILIERS EN 1 MINUTE

L’amiante : qu’est-ce que c’est ?

Sous sa forme initiale, l’amiante maison désigne six minéraux extrêmement fins. Ceux-ci sont issus de formations rocheuses naturelles trouvables dans de nombreux territoires dont le Canada par exemple. Ces minéraux se caractérisent par leur nature fibreuse, c’est-à-dire qu’il s’agit de particules ayant une taille d’environ 5 micromètres de long, contre parfois seulement 0,02 micromètres de large.

Autrement dit, on considère que les fibres d’amiantes ont pour particularité d’être plus fines que longues. Ceci étant, deux types de fibres d’amiante existent, divisant alors les six minéraux en catégories distinctes. Leur attribution au sein d’une catégorie se base sur les propriétés chimiques et physiques des différents minéraux. Les deux groupes d’amiante sont les suivants :

  • Les serpentines : ces fibres se distinguent par leur flexibilité, leur courbure et leur longueur. Elles peuvent donc s'emmêler et se croiser, et ont été les plus largement employées dans le milieu de la construction.
  • Les amphiboles : A l’inverse des serpentines, cette catégorie regroupe les fibres droite et raide. Cependant, leur raideur les rend sujettes à la casse, et les amphiboles n’ont donc pas connu un usage aussi important que les serpentines.

Un autre trait propre aux fibres d’amiante maison est la résistance aux températures élevées. Cela leur confère un rôle d’isolant thermique et sonore à la fois. Toutes ces caractéristiques ont fait de l’amiante un matériau intéressant dans le cadre de la construction et de la rénovation de bâtiment. Seulement, la découverte de problèmes médicaux liés à l’amiante ont donné lieu à de nouvelles réglementations depuis maintenant 25 ans.

Quels sont les dangers de l’amiante ?

Les effets néfastes de l’amiante n’ont été révélés que de nombreuses années après son utilisation, pour plusieurs raisons. En effet, l’amiante constitue un danger lorsque ses fibres sont libérées dans l’air : c’est le fait de les inhaler et de les respirer qui entraîne des problèmes de santé non négligeables dont nous parlerons plus tard . Ainsi, une maison contenant de l’amiante ne présente pas forcément de risque, pourvu que ses particules restent dans leur matériel initial et ne soient pas dissimulées dans l’air.

Cependant, le caractère fin et flexible des particules d’amiante les rend plus à même de se répandre en dehors de leur milieu d’origine, ce qui contamine par conséquent tout l’environnement de la maison. Une détérioration quelconque peut donner lieu à l’évacuation d’amiante, qu’il s’agisse de couper ou de remuer le matériau.

De plus, l’amiante maison a une connotation friable et se disperse relativement facilement une fois le matériau endommagé. Pour résumer, l’amiante présente des dangers dans les cas suivants :

  • Le matériau est percé, poncé, scié ou cassé dans le cadre de travaux
  • Le matériau est friable, il s’émiette
  • Le matériau est endommagé

L’exposition à l’amiante mène alors à la contraction de diverses troubles, de maladies et de pathologies distinctes, la plus grave étant le cancer. Les effets d’une inhalation d’amiante finissent par survenir plusieurs années après le début de l’exposition.

Une fois dans l’organisme, les fibres d’amiante sont si fines qu’elles n’ont aucun mal à atteindre les parties les plus minuscules présentes au sein de notre organisme. Le corps ne peut pas détruire ces minéraux, qui engendrent doucement mais sûrement des défaillances dans tout l’appareil respiratoire. Les alvéoles pulmonaires, la plèvre - comprenez l’enveloppe des poumons, et l’ensemble des poumons sont tous touchés au fil du temps. Les maladies provoquées sont les suivantes :

  • Fibrose
  • Cancer du poumon
  • Insuffisance respiratoire mortelle

La toxicité de l’amiante serait influencée par la longueur et la finesse des fibres en question. En effet, certaines particules tendent à être plus facilement évacuées par l’organisme, réduisant ainsi les risques de cancers par exemple. Toutefois, leur présence dans le corps sollicite le système immunitaire et crée donc des réactions inflammatoires à l’origine de fatigue et d’autres troubles.

Bien entendu, une courte ou une faible exposition n’est pas aussi nocive que de passer de longues durées en présence d’amiante. Pour les professionnels du monde entier, des milliers de cas sont recensés chaque année, avec un total de 80% d’affections bénignes.

Quand a-t-on commencé à prévenir des risques de l’amiante ?

Sujet d’un véritable scandale, l’amiante maison n’a fait parlé de lui comme toxique qu’à la fin du XXe siècle. Son extraction était pratiquée depuis l’Antiquité, étant donné qu’il était possible de trouver de l’amiante dans de grandes quantités au sein de gisements à l’état naturel.

Ceci dit, l’extraction d’amiante a été extrêmement sollicitée dès la révolution industrielle, et a connu un grand développement au cours des années 1870. Cet usage était si important que 5 millions de tonnes d’amiante ont été extraites en seulement quelques décennies. Comme nous le disions, les effets de l’amiante ne se déclarant que plus tard, les premiers soupçons concernant l’amiante n’ont eu lieu qu’en 1910.

Si une réglementation pour protéger les travailleurs du bâtiment a été instaurée dès 1931 au Royaume-Uni, il faudra attendre 1945 en France. Les populations essentiellement concernées ont été les travailleurs de l'amiante, les travailleurs du bâtiment, et de façon plus générale les populations qui ont vécu dans les bâtiments et ont donc été exposées à l’amiante.

L’usage de l’amiante dans l’industrie s’est donc vu limité, puis totalement interdit suite à des directives européennes datant de 1996. A ce jour, de nombreuses réglementations existent autour de l’amiante, et tendent à protéger les constructeurs comme les habitants.

Où se trouve l’amiante dans une maison ?

De par sa nature résistante et isolante, les constructeurs ont estimé que l’amiante trouvait parfaitement sa place sous formes de feuilles, de plaque, de liquide, ou encore mélangé à d’autres matériaux comme du plastique. L’amiante a également beaucoup été intégrée au ciment. Dans une maison, l’amiante se trouve la plupart du temps aux endroits suivants :

  • Les conduits d’évacuations
  • Les plaques planes sur les murs ou sur les plafonds
  • Les plaques anti-vibratiles sous les baignoires / éviers
  • Les dalles de sol
  • Les peintures
  • Les colles de carrelage au sol
  • Les mastics
  • Les joints
  • Les colles de faïence
  • Les toitures

Pour s’assurer de la sécurité de votre maison, il est recommandé voire obligatoire dans certains cas de réaliser un diagnostic amiante.

Comprendre le diagnostic amiante

Aussi connu sous le nom état d’amiante, le diagnostic amiante maison est une procédure permettant de déterminer si oui ou non votre bieb présente des matériaux ou des produits composés d’amiante. Cet état doit obligatoirement être réalisé par un diagnostiqueur professionnel certifié.

Le diagnostic se déroule avec un contrôle de l’ensemble de votre bien immobilier, avec une vigilance toute particulière accordée aux éléments cités plus tôt. Étant donné qu’il s’agit des matériaux les plus susceptibles de contenir de l’amiante, le diagnostiqueur peut décider de prélever des échantillons afin de mener des analyses plus poussées en laboratoire. Une fois l’état amiante réalisé, un rapport indiquant la présence ou non d’amiante est délivré au propriétaire.

La durée de validité d’un diagnostic amiante se voit varier selon la date où l’examen a été réalisé. Pour les diagnostics effectuées à une date antérieure au 1er janvier 2013, le diagnostic amiante doit être renouvelé avant la vente du bien le cas échéant. Selon l’accessibilité des pièces, le profession établi une liste de 3 catégories qui sont précisées par l’arrêté du 3 juin 2011.

Si votre maison a reçu un repérage amiante avant vente d’une date postérieure au 1er janvier 2013 et qu’elle ne montre aucune présence d’amiante, la durée de validité du diagnostic est alors illimitée. Cependant, il est toujours intéressant de contrôler les niveaux d’amiante au bout de quelques années pour s’assurer que l’état de votre bien n’a pas changé.

Cela peut être le cas après des rénovations par exemple. Nous vous recommandons ainsi de réitérer un diagnostic amiante si vous faites des travaux quelconques, car il pourrait détecter l’amiante autrefois passée inaperçue dans votre logement.

Le repérage amiante avant vente fait partie d'une liste de diagnostics immobiliers obligatoires avec le diagnostic de performance énergétique par exemple.

Dans quels cas le diagnostic amiante est-il obligatoire ?

Certains cas de figure nécessitent obligatoirement de détenir un diagnostic amiante. Le cas principal où le diagnostic amiante est obligatoire concerne la vente d’un bien immobilier. Si le permis de construire de votre bien, qu’il s’agisse d’un appartement, d’une maison ou d’une dépendance, a été délivré avant la date du 1er juillet 1997, alors vous êtes dans le devoir de faire un diagnostic amiante à fournir dans le cadre de la vente.

Ce document a pour but d’informer l’acquéreur de l’état du bien, et doit être annexé à la promesse ou à l’acte de vente. Pour ce qui est des logements issus d’une copropriété, ceux-cis doivent être soumis à un diagnostic amiante de toutes les parties privatives dont le parking, mais pas des parties communes. Toutefois, le Dossier technique amiante de la copropriété doit figurer dans le dossier du bien.

De la même manière, et comme nous l’avons spécifié plus haut, si votre précédent état amiante a été réalisé avant le 1er janvier 2013, il n’est plus valide : il vous faudra le refaire.

Par ailleurs, la loi Macron du 1er août 2015 avance l’obligation d’un propriétaire à fournir le diagnostic amiante à son locataire si celui-ci le lui demande. Cela signifie que le diagnostic amiante n’est pas obligatoirement joint en annexe dans le contrat de location.

Quel coût pour un diagnostic amiante ?

Le prix d’un diagnostic amiante subit des variations selon la taille du bien et les moyens employés - prise d’échantillons, analyse… De plus, il est à la charge du propriétaire. Dans le cas d’une copropriété, le diagnostic technique amiante des parties communes peut être pris en charge par l’ensemble de la copropriété.

Chez Dimo Diagnostic, le coût d’un diagnostic amiante est à partir de 89€. Des frais supplémentaires peuvent s’ajouter en fonction des tests réalisés et de la surface de votre logement.

Enfin, selon les résultats du diagnostic amiante, des travaux de mise en conformité peuvent être nécessaires. Ces derniers sont également à la charge du propriétaire.

Que faire en présence d’amiante ?

Votre diagnostic immobiler révèle la présence d’amiante dans votre maison ? Plusieurs mesures sont à mettre en place, le tout selon la quantité de fibres décelée. Si des évaluations de l’état des matériaux peuvent être suffisantes à titre de précaution, bien souvent, il est préconisé de réaliser des corrections sur votre logement. Celles-cis comprennent des travaux de retrait de l’amiante et peuvent même aller jusqu’à des travaux de confinement en fonction du niveau d’exposition.

La procédure de désamiantage est identique, quelle que soit la nature du bâtiment - résidentielle ou commerciale. La première étape de ces travaux est le dépoussiérage : il correspond à tous les éléments composés d’amiantes. Ces objets doivent ensuite être mis en isolation pour éviter qu’ils ne répandent plus de fibres qu’ils ne le font déjà.

S'ensuit l’enlèvement de l’amiante, qui peut être réalisé selon différentes techniques. Lorsque les parties composées d’amiante ne peuvent être enlevées, les professionnels réalisent ce que l’on nomme l’encapsulage. Elle a pour but de traiter la zone de manière spécifique grâce à des produits adaptés.

Enfin, si l’on ne parvient pas à retirer l’amiante maison, une dernière technique est envisageable : celle du recouvrement. Par exemple, si l’amiante se trouve au sol, vous pouvez poser un revêtement. De cette façon, vous vous distancerez le plus possible des éléments contenant de l’amiante.

Pour finir, sachez qu'il est possible de vendre une maison avec amiante mais il y a des dispositions à respecter.

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de dimo 💌