Assainissement : définition, coûts, individuel et collectif

Assainissement : définition, coûts, individuel et collectif

Assainissement : mécanisme de traitement et d'épuration des eaux usées dans les milieux naturels. À ne pas confondre avec le système de potabilisation de l'eau qui a pour objectif de rendre l'eau potable. Quels sont les différents types de mécanisme d'épuration ? Quelles différences entre le système collectif et individuel ? Quel est son coût ? Est-il possible d'opérer un diagnostic assainissement ? Toutes les réponses ici !

Qu'est-ce que l’assainissement ?

La définition de l’assainissement est un système de collecte des eaux usées rejetées par les bâtiments individuels ou collectifs. Il enlève la pollution présente dans ces eaux et reverse l’eau nettoyée dans le milieu naturel. La dépollution des déchets hydrauliques est un enjeu majeur avec l’accroissement constant de l’activité humaine et pour limiter au maximum la dégradation des ressources naturelles en eau. C’est notamment le cas des rivières, laces et autres nappes souterraines.

Les eaux usées représentent les eaux vannes qui proviennent des sanitaires et les eaux grises (l'eau provenant du lavabo, de la cuisine, du lave-linge...). Ces eaux sont nocives et ne peuvent donc pas être rejetées dans la nature. Par exemple, les eaux dites noires, qui sont d’origine domestique, émettent de l’azote, phosphore ou encore de l’ammoniac.

Quels sont les types d’assainissement ?

Il existe aujourd’hui en France deux principaux d’assainissement qui nettoient les eaux usées : l’assainissement collectif et l’assainissement individuel ou non collectif. Ces deux systèmes de collecte des eaux varient selon le type de logement et le choix des collectivités publiques. Selon la législation, tout logement ou bâtiment en France doit disposer d’un de ces systèmes.

En France, 79 % de la population est raccordée au réseau d'égouts, débouchant sur des stations d'épuration. Il existe 13.300 stations d'épuration d'une capacité totale de 70 millions d'équivalents habitants (EP). Les mille stations les plus importantes du territoire représentent à elles seules l'équivalent de 50 millions d'habitants.

On compte plus de 13 millions de Français qui ne sont pas raccordés au système d’assainissement collectif en raison de leur lieu de résidence. Toutefois, leur logement doit être obligatoirement équipé d'un système de récolte des eaux usées personnel.

L’assainissement collectif

Ce système d’assainissement public et privé existe dans les zones urbaines ou dans les copropriétés d’habitation. Les eaux usées sont d'abord collectées dans le réseau d'égouts puis envoyées à la station d'épuration la plus proche.

Il existe de nombreux types de systèmes d'épuration collective :

  • stations d'épuration urbaines (par exemple les stations d'épuration de l'Île-de-France)
  • stations d'épuration de plus petite capacité
  • stations lagunaires : basées sur le traitement naturel de l'eau des étangs, où organismes vivants-bactéries, algues, plantes

La particularité des stations lagunaires est qu’elles absorbent les substances contenues dans l'eau. C’est pour cela qu’elles nécessitent une grande surface, et ne peuvent donc pas être utilisées dans les grandes villes.

L’assainissement individuel ou non collectif (ANC)

Ce système est majoritairement utilisé dans les zones rurales, où l'habitat est dispersé. Les collectivités mettent alors en place un système d'assainissement pour chaque logement ou un petit groupe de logements dans une zone limitée. Il est de la responsabilité personnelle des ménages d’avoir recours à l’assainissement non collectif.

La commune assure le contrôle du système et, si elle le désir, peut l’entretenir en échange de rémunérations. L’assainissement non collectif est situé en dessous ou à proximité de la maison à qui il est relié. L’ANC comprend généralement :

  • un dispositif de collecte des eaux usées
  • un réservoir d'eau plein qui fournit un prétraitement anaérobie
  • un dispositif de nettoyage par pulvérisation
  • un système de drainage de la dispersion du sol

Comment réaliser un assainissement non collectif ?

Il existe quatre dispositifs différents pour l’installation d’un assainissement individuel :

  • les filières traditionnelles
  • les filtres compacts
  • les systèmes alternatifs
  • les micro-stations d’épuration

Le dispositif des filières traditionnelles est le plus répandu pour le système ANC, appelé également fosse toutes eaux. Ce mécanisme est représenté par un filtre à sable posé sur le sol inférieur au logement. Cependant, il y a des inconvénients à y avoir recours pour son assainissement personnel, comme la dépendance au sol et le besoin de recycler le sable au bout d’une dizaine d’années. De plus, le recycleur d’eaux usées doit être posé assez profondément, car il représente environ une centaine de mètres carrés.

Le mécanisme des filtres compacts est similaire à celui des filières traditionnelles dans le fond, mais remplace le sable par d’autres matériaux. Par exemple, le coco, la laine de roche ou encore la zéolithe. Les filtres compacts permettent d’alléger de façon conséquente l’emprise au sol, le ménage gagnant au moins 20 m2. Néanmoins, le coût est plus élevé.

Les systèmes alternatifs sont beaucoup plus écologiques, représentés par des toilettes sèches et des filières plantées, mais demande plus d’implication dans son entretien.

Enfin, les micro-stations d’épuration prennent moins de place et ont des impacts plus faibles sur les terrains des habitations. Avec moins d’emprise au sol, les eaux usées qui sortent de ce mécanisme sont déjà épurées. Alors qu’il faut un temps de traitement pour l’ANC qui fonctionne avec des filières traditionnelles. On retrouve trois catégories de micro-stations :

  • les micro-stations à boues activées : technique classique de l’assainissement collectif
  • les micro-stations SBR : système électronique qui régule les phases de traitement et de décantation
  • les micro-stations à culture fixée : technologie la mieux habilitée aux logements individuels. Génère peu de boues et permet de meilleurs résultats sur les variations des charges

Sachez que les systèmes d’assainissement individuel, et particulièrement les filières traditionnelles, doivent respecter les normes NF DTU 64 depuis 2012.

Quel prix pour assainissement individuel ?

Le coût généré par l’installation d’assainissement non collectif (ANC) diffère pour les ménages selon plusieurs paramètres, notamment le type de département et le nombre d'habitants. Il faut également tenir compte :

  • des recherches préalables
  • des coûts de production du département
  • des frais de fonctionnement, de maintenance, de levage éventuel

Les prix de l’installation d’un système de traitement d’eaux usées individuel peuvent aller de 3.000 à 12.000 euros. Ajoutez également le coût des frais de vidange qui peuvent monter de 150 à 450 euros en fonction des équipements. Les frais de contrôle sont également obligatoires, ils sont en général de 200 euros en moyenne.

Ces travaux peuvent représenter un certain coût pour les ménages avec des difficultés financières. C’est pour cela qu’il existe un programme d’aides, dont certaines viennent de l’État, pour vous aider à construire vos assainissements non collectifs. En 2021, ces aides sont :

Renseignez-vous sur les sites de chacune de ces organisations afin de savoir si vous êtes éligible !

Diagnostic assainissement obligatoire ?

Le diagnostic assainissement est le contrôle des biens immobiliers non raccordés à un système de traitement des eaux usées collectif. Il intervient lors de la vente immobilière d’un bien concerné par l’ANC. L’état de l’installation d’assainissement non collectif consiste à la vérification de la conformité du mécanisme installé par la commune. Le contenu présente les résultats de l’analyse du professionnel, en indiquant si des dysfonctionnements ou des risques pour la santé sont présents.

Les travaux sont à la charge du vendeur ou, s’il refuse, indiquer au potentiel acquéreur l’état actuel du bien. Ce dernier prendra la décision de l’acheter ou non. Ils doivent être réalisés maximum un an après la signature de l’acte de vente. Le coût de cette expertise immobilière est estimé entre 100 et 150 €.

Le diagnostic assainissement obligatoire fait partie de la liste des diagnostics immobiliers à la charge du vendeur, qui sont :

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter de dimo 💌